Projet de transfert de salariés vers France Télévisions Studio : motion de soutien du SNJ

Réunis en Assemblée générale, les adhérents du SNJ apportent tout leur soutien aux salariés de France Télévisions concernés par le transfert de leur activité vers la filiale France Télévisions Studio.

Selon la direction, ce projet a pour but de renforcer l’activité de la filiale pour en faire le premier créateur de contenus de France Télévisions SA et développer la part de production interne du groupe.

A ce projet économique, fragile juridiquement, la direction a voulu associer le transfert forcé de près de 85 salariés travaillant sur les émissions suivantes : « Télématin », « Thalassa », « Des racines et des ailes », « Passage des Arts », « Faut pas Rêver » , « Des chiffres et des lettres ».

Toutes les instances représentatives du personnel se sont opposées à ce transfert, en proposant qu’il soit au moins basé sur le volontariat. Il aura fallu un drame, une tentative de suicide d’une salariée pour que la direction change de ton après plusieurs mois de refus sans concession.

Le volontariat est donc de mise pour les salariés concernés qui pourront continuer à collaborer à ces émissions sous forme de détachement par saison.

Il est donné mandat au nouveau bureau national du SNJ France Télévisions de surveiller la mise en place de ce transfert dans les nouvelles conditions que la direction projette de mettre en place. Une vigilance plus que nécessaire face à une violence sociale une fois de plus en vigueur dans la conduite d’un projet d’entreprise.

Paris, le 10 novembre 2021

Des moyens pour un journalisme de qualité !

Rédactions numériques de France télévisions

L’annonce du dernier gadget gouvernemental, ce 9 novembre 2021, n’est pas pour nous rassurer. Il s’agirait de créer un « grand média numérique de la vie locale », selon les termes de la ministre de la culture.  Autrement dit un site commun aux réseaux France 3 et France Bleu. Quid du pluralisme de l’information ? Quelle place pour la ligne éditoriale et l’indépendance des rédactions ? Quelle hiérarchie de  l’information ? Quels moyens ? Sans aucun doute, ils seront encore prélevés sur ceux déjà indigents des rédactions numériques de France télévisions, au risque de dégrader encore plus les conditions de travail et la santé des salariés.

Une nouvelle confusion pour un projet venu d’en haut sans aucune concertation. Le tout au chapitre du prétendu « web first », qui est LE  projet d’entreprise, selon la présidence de France télévisions.

Web prétexte à économies, web vecteur de conditions de travail dégradée : le virage numérique est en réalité une sortie de route !

Réunis en assemblée générale les 9 et 10 novembre 2021, les adhérents du SNJ ont examiné la réalité du numérique, partout dans l’entreprise.

Le constat est inquiétant :

  • Moyens humains très insuffisants, dans le réseau France 3 et le réseau outre-mer, mais également à la rédaction nationale, où Franceinfo.fr doit toujours faire plus, à moyens constants.
  • Ligne éditoriale parfois floue ou inexistante
  • Injonctions fluctuantes faites aux journalistes sur la manière d’écrire, les mots à employer ou à bannir, les sujets à traiter ou pas
  • Impossibilité d’exercer pleinement la profession de journaliste : il faut alimenter les sites par du desk, au détriment des reportages. Ces derniers ne sont envisageables qu’à la condition de travailler seul, du tournage au montage !
  • Découragement de nombreux journalistes des rédactions numériques : les plus anciens préfèrent « revenir » à la rédaction télé ou radio, les plus jeunes ne voient aucun avenir, tant le décalage entre le discours et la réalité est abyssal.

Le SNJ apporte tout son soutien aux confrères et aux consœurs des rédactions numériques de France télévisions, dont celle de Franceinfo.fr, où les journalistes se mobilisent pour conserver des conditions de travail dignes et maintenir une offre éditoriale à la hauteur du service public.

Nous continuerons notre combat pour la qualité de l’information, l’intégrité de la profession, l’emploi et les conditions de travail.

Paris, le 10 novembre 2021

Elections à la commission de la carte : dès le 23 novembre, prêts pour le second tour !

La participation en hausse, le SNJ aussi ! Mais il faudra un second tour pour faire reculer l’abstention.

13 856 votants sur 35 786 inscrits. La participation au premier tour de l’élection à la Commission de la carte est en hausse de plus de deux points par rapport à 2018 (38,71% contre 36,25% en 2018). La profession ne peut évidemment se satisfaire de ce résultat, encore très éloigné du quorum (50%) : il faudra re-voter, à l’occasion d’un second tour, qui s’ouvre le 23 novembre à 17 heures (vote électronique) pour se clore le 7 décembre à 13 heures. Attention, la durée du scrutin ne sera que de 15 jours.

Après dépouillement des résultats de ce premier tour, le SNJ au niveau national a obtenu 56,14% des voix devant le SNJ-Cgt (20,04%), la Cfdt (18,22%) et FO (5,58%). Pour le SNJ, c’est une forte progression par rapport à 2018 (53,9% au premier tour).

Félicitations aux électeurs de la région Alsace, qui ont décroché le quorum, et élu dès le premier tour nos deux représentants régionaux, Patrick Genthon (Radio France) et Evelyne Herber (Arte).

Plus que jamais première organisation de la profession, le SNJ remercie tous les journalistes qui lui ont apporté leur voix, et appelle l’ensemble de la profession à se mobiliser pour faire reculer l’abstention, et confirmer ce vote.

Pour la profession,
Pour l’information,
Pour la défense de nos droits
.

Paris, le 10 novembre 2021