Temps de travail : sortir de la confusion

AA lettrine articlesLe comité de suivi de l’accord du 28 mai 2013 s’est réuni ce jeudi matin sur la question du temps de travail à la demande des organisations syndicales. A l’ordre du jour : les problèmes générés dans de nombreux établissements par l’application de la note de la direction du 23 décembre dernier sur le temps de travail.

En imposant unilatéralement un décompte horaire de 39 heures (35 heures à Vanves) par semaine à tous les journalistes France 3, en modifiant les horaires de prise et fin de service ainsi que les temps de pause dans ces rédactions sans consulter les instances représentatives du personnel (IRP) , la direction met en danger le travail collectif et la cohésion des rédactions.

Le SNJ et les autres organisations syndicales ont réclamé la suspension de ce nouveau dispositif introduit le 1er janvier dans l’attente de la mise en place d’une consultation des IRP sur cette nouvelle organisation basée sur un décompte horaire à 39 heures, alternative au forfait jours.

La direction a reconnu qu’un problème se posait pour les temps partiels mais a considéré que dans la majorité des cas les modifications introduites consistaient en des « aménagements de plannings » et ne constituaient pas des modifications du temps de travail nécessitant consultation des IRP.

Sur le fond, les représentants de la direction nient l’existence de problèmes dans le fonctionnement des rédactions liés aux modalités d’application de ce passage à 39 heures. Le SNJ et les autres organisations ont réaffirmé leur demande de suspension des ces mesures
unilatérales. La direction a jusqu’à demain matin pour revoir sa position. Chacun ensuite devra assumer ses responsabilités.

Paris, le 16 janvier 2014