Une rentrée particulière

Préalable des élus SNJ au CSE Siège des 15 & 16 septembre 2021

Des grands projets de la direction ces dernières années, certains ne retiennent que leur mise en place et leur évolution. Trop facile d’oublier les absences d’explications, les passages en force, les salariés abimés, et au bout du compte peu importe, parce qu’une idée chasse l’autre dans la tête de nos dirigeants ! La fusion des rédactions nationales, les multiples réformes des ressources humaines, les changements de pieds dans l’organisation de l’entreprise, un jour transversale un jour en silo et vice versa. Il y a de quoi donner le tournis…

Nous avons sans relâche dénoncé ces pertes de repères pour les salariés, ballotés par les nombreux mouvements hiérarchiques. En ligne de mire, les salariés des programmes affectés par le transfert de la gestion directe d’émissions vers France Télévisions Studio ! Comme le CSE Siège, le CSE Central vient de dire non au projet proposé par la présidence. Le SNJ s’oppose donc une fois de plus, clairement, au transfert des salariés. Ils doivent rester sous contrat France Télévisions SA.

Une revendication qui doit être entendue, comme doit l’être également ce que nous réclamons depuis des années à la rédaction nationale ! Les éditions ne doivent plus être les seules maîtres à bord. Il faut de toute urgence rééquilibrer les choses pour que l’éditorial reprenne ses droits et que les journalistes soient placés au cœur du dispositif. Cet engagement, pris par la nouvelle direction de l’information, doit se mettre rapidement en place, maintenant que le nouvel organigramme est installé. Nouveaux directeurs adjoints, nouveaux présentateurs, nouveaux rédacteurs-en-chef, nouveaux cadres dans les services…

Mais cela ne suffit pas. Nous ne sommes pas dupes ! Derrière tous ces changements, nous attendons un projet éditorial respectant les métiers, en particulier celui de journaliste.

De ce point de vue, les premières tendances qui émergent de cette rentrée sont loin d’être satisfaisantes. Un 13 heures ultra rubriqué transformant parfois les journalistes en guides touristiques, un 19/20 sans nouveau souffle, un 20 heures chantre du casting qui rend beaucoup de journalistes invisibles, et enfin un 12/13 fabriqué, parfois, avec les faibles moyens du bord… Il faut immédiatement renforcer les moyens alloués a l’élaboration des journaux à l’heure où des efforts semblent être consentis partout dans l’entreprise, sauf à l’information au quotidien.

A l’instar d’une direction qui préfère investir dans les bougies de France Info plutôt que dans le gâteau ! Se féliciter des 5 ans de la chaine est bien normal, mais ne rien faire pour régler les problèmes de la 27 pour la rendre encore plus performante est désolant ! Emploi, situation de certains salariés, organisation éditoriale… il y a encore beaucoup à faire pour que l’info s’éclaire vraiment et tout le temps.

Nos défis sont nombreux en cette année présidentielle, et au-delà des quelques émissions vitrines réservées à quelques-uns, comme d’habitude. La démocratie n’est pas un projet d’entreprise mais un enjeu de société ! A France Télévisions, afin de préserver le niveau d’exigence d’une information de service public digne de ce nom, soyons exemplaires, c’est notre seule mission !

Paris, le 15 septembre 2021