Il est l’or, Monseignor !

…L’or de se réveiller

Lors du CSE du 28 janvier dernier, le SNJ a mis sur la table le problème des primes de cantine non versées pour tous les salariés travaillant les week-end et jours fériés.

La Direction assurait alors travailler à la résolution de cette anomalie et promettait une régularisation imminente. Depuis, aucune trace de primes rétroactives sur nos bulletins de salaires.

Le Directeur régional dit avoir envoyé une note aux managers pour que le versement de cette prime soit programmé de façon quasi automatique.

De ce que nous en avons compris, ce n’est qu’une question de transmission des tableaux de services réalisés.

Le SNJ vous invite à vérifier que les primes figureront bien sur vos prochaines paies.

La Direction doit, quant à elle, faire verser au plus vite toutes les primes dues.
Il n’y a, en l’espèce, pas de date limite à la rétroactivité.

Pour notre organisation syndicale, la seule date qui compte est celle de l’entrée en vigueur de l’accord collectif et de son article 2.2.3.1 :

« Les salariés dont les horaires de travail ne permettent pas de bénéficier d’un service de restauration sur place ou à proximité, perçoivent une prime de restauration d’un montant de 11 euros. ».

Le SNJ ne compte pas laisser l’entreprise se constituer des cagnottes aux dépens des droits et du pouvoir d’achat des salariés.

le 13 avril 2022

Bruce Régent, Représentant syndical de section SNJ Réunion la 1ère