CSE Siège des 9 et 10 juin : préalable du SNJ

LE RETOUR DU FACE A FACE

Il ne faut jamais se priver de célébrer une bonne nouvelle ! Et retrouver un CSE dans cette salle du conseil en est une…

Espérons que cela soit le signe durable d’un retour à une démocratie sociale réelle, loin des ersatz du virtuel et du distanciel, sans oublier ceux qui s’inquiètent du retour dans l’entreprise, après tous ces mois de travail à domicile imposé.

Pour autant, tout au long de cette période, nos élus ont fait leur travail, celui pour lequel ils sont mandatés par le suffrage des salariés.

Car oui, nous sommes élus, pas désignés, pas nommés, pas parachutés de cabinets ministériels, ou sortis des coulisses du pouvoir politique ou économique. Nous sommes les défenseurs du Service Public et de l’intérêt collectif. C’est pourquoi, nous réaffirmons ici notre opposition au transfert des salariés de France Télévisions vers France Télévisions studio !

Que la gestion directe de ces productions fassent l’objet de ce tour de passe-passe est une chose, mais rien n’oblige la présidence à déplacer les salariés maison vers cette entité. Rien !

Alors ce ne sont pas les quelques aménagements de calendrier qui feront l’affaire.

Pour le SNJ c’est non ! Et ce ne sont pas non plus les arguments apportés avec une certaine arrogance par le directeur des Antennes et des Programmes qui nous feront changer d’opinion. Ce CSE et le prochain donneront lieu à de nouveaux débats avant le recueil d’un avis, nous préciserons donc notre position déjà bien claire.

A la direction de l’information, les choses semblent se préparer à bouger…

Déjà ce que nous demandions pour l’ensemble des salariés, à savoir la fin des collaborations extérieures dans des médias privés, s’applique à l’un de nos présentateurs de France 2, espérons que cela serve d’exemple sans exception.

Des mouvements sont en cours nous dit-on en coulisses, dans un grand élan de chaises musicales, en terme de postes d’encadrement.

Nous souhaitons du changement nous l’avons dit, mais pas dans un esprit de coupeurs de têtes. Au contraire, notre objectif est avant tout que les méthodes du passé passent aux oubliettes de l’histoire. Comment redonner des pouvoirs aux services et surtout aux journalistes face aux éditions souveraines qui cadencent le traitement de l’information, sans se soucier du reste.

Des commandes décommandées, des ordres devenus contre-ordres, des urgences comme par enchantement transformées en sujets secondaires, et des oublis magiquement considérés comme prioritaires, ne cessent de créer des tensions avec les journalistes de terrain et les encadrements intermédiaires.

Le résultat : des tensions et des dégradations psychologiques qui touchent à la santé des salariés. On entend souvent l’expression de “machine à broyer”. C’est insupportable, et c’est pourquoi nous demandons à la direction de bien réfléchir à cela. Il ne suffira pas de changer les généraux si les troupes restent aussi mal traitées professionnellement et humainement.

Un dernier mot enfin pour apporter notre soutien aux électriciens et éclairagistes des plateaux du Siège et au préavis de grève déposé par certaines organisations syndicales.

Nous réaffirmons ici que la sécurité est la priorité et celle-ci est loin d’être assurée, l’expertise évoquant même « un danger absolu ». Il semble surréaliste d’apprendre que les plans du réseau électrique ont été perdus. C’est pourtant la réalité. Aucune réforme ne pourra être mise en place sans obtenir des garanties en matière de sécurité. Pour cela, la direction devra obligatoirement s’appuyer sur les salariés dont l’expérience a déjà permis d’éviter des incidents graves.

Si le SNJ ne s’est pas associé à ce préavis, c’est uniquement pour des questions techniques. Mais soyez assurés de notre solidarité totale vis-à-vis de ces professionnels au rôle crucial sur les plateaux de France Télévisions.

Paris, le 9 juin 2021