Liminaire SNJ au CSE du réseau régional des 7 et 8 décembre 2021

Bientôt les vœux, mais où sont les cadeaux ?

En cette fin de mandat qui se dessine, les élus SNJ du CSE réseau souhaitent vous adresser un message.
Un message en forme de carte de vœux avant l’heure.
Nous vous présentons 4 souhaits très précis afin de rejoindre votre volonté d’un dialogue social apaisé et constructif.
Nous demandons la fin des postures des directions qui déstabilisent les salariés au lieu de les rassurer.
Abandonnez les projets mal engagés et les pseudo- expérimentations qui n’ont pour but que de casser les métiers au nom de prétendues évolutions technologiques .
Engagez plutôt un vrai développement des programmes régionaux sans déshabiller les moyens des cases d’information.
Enfin, nous souhaitons que vous parveniez à redresser les audiences des antennes qui, à force de faire des économies, n’ont plus les marges nécessaires pour lancer de nouveaux projets.
Nous le répétons inlassablement :
La régionalisation ne doit pas se faire sans moyens dédiés.
Si elle doit se faire, c’est en respectant chaque métier et non en déconstruisant nos savoir-faire, que vous pourrez embarquer toutes les équipes derrière vous.
Nous l’avons assez martelé dans cette instance et ailleurs : depuis plus d’une décennie, le réseau a déjà payé un lourd tribut aux suppressions de postes toujours plus nombreuses à France télévisions, et cela ne peut pas continuer ainsi.
Alors nos questions sont simples :
A l’heure du développement régional, les arbitrages budgétaires seront-ils favorables pour une fois au réseau France 3 ?
Vous vous êtes engagés à défendre auprès de la présidence notre avenir régional, alors :
Avez vous été entendu ?
Et puis, allez-vous respecter l’obligation de sécurité et de santé des salariés qui vous incombe ?
Ce n’est pas en option dans le pilotage du réseau et c’est même un défi majeur qu’il vous faut relever d’urgence sous peine d’aggraver la souffrance au travail.
L’avenir du réseau régional et de notre chaîne France 3 est en jeu.
C’est notre bien commun et il convient d’arrêter de le malmener et d’inquiéter des salariés qui, parfois, ne se reconnaissent plus dans un réseau agité par des vents contraires ou balloté au gré des caprices politiques.
Alors M. Martinetti, le cap sera-t-il bon en 2022 ?
Sans vous prendre pour le père Noël, nous espérons que les cadeaux au pied du sapin seront enfin à la hauteur de nos bons vœux pour une régionalisation réussie.

Paris, le 7 décembre 2021

Liminaire CSE Réseau F3 – « Ateliers bla bla etc… »

Il y a deux semaines, quelques heures après l’annonce par Roselyne Bachelot aux parlementaires de la création d’une offre numérique commune, la communication du réseau régional envoyait à l’ensemble des salariés un bien curieux message …….

Pour lire la suite, cliquez sur le lien ci-dessous

Déclaration liminaire des élus SNJ au CSE réseau régional des 28 et 29 septembre 2021

LE CHANGEMENT, C’EST POUR QUAND ?

(EPISODE 2 / SAISON 1)

Il y a tout juste un mois, Monsieur Martinetti, vous avez répondu aux différents liminaires des élus lors du CSE d’Aout en présentant votre feuille de route.
Vous vouliez replacer l’humain au cœur des évolutions technologiques, aller au bout des choses en matière de santé, et instaurer un dialogue social renouvelé, apaisé, constructif…
Un mois plus tard que constatons-nous ?

Le projet de Régionalisation continue sa marche de bulldozer.

On nous parle de tester l’automate à Strasbourg pour nous faire avaler une pilule grossière sans ériger le moindre garde fous pour les salariés.
Cette nouvelle expérimentation sous forme d’une plateforme de test c’est justement ce que l’inspecteur du travail de Rouen avait dénoncé en son temps.

M. Dagognet a beau faire de jolis moulinets pour nous annoncer sa transformation régionale, nous constatons qu’aucun moyen sérieux de financement n’est mis en œuvre et que la seule nouveauté consiste à faire revenir par la fenêtre une régie automatisée dont l’expérimentation à Rouen fut un échec cuisant pour cette même direction.

Au sujet des évolutions numériques, la direction ne s’appuie que sur les demandes d’internautes sondés et non pas sur une réflexion éditoriale des rédactions régionales.

Un travail mené lors d’ateliers principalement fréquentés par des rédacteurs en chef et des pilotes web. Une réforme télécommandée en somme, bien au-dessus de la direction du réseau.

Où est donc le changement ?

En matière de santé, la direction a multiplié les bonnes paroles et les jolies intentions : management participatif, bienveillance, accord santé et bien-être au travail. Pourtant, depuis deux ans, malgré de multiples alertes, pas de réponse de la direction sur les dérives autoritaires et claniques d’un rédacteur en chef.

Dérives confirmées et étayées dans l’expertise diligentée par le CSE sur l’antenne de Montpellier.

Une expertise édifiante par le nombre de salariés concernés, par la gravité des atteintes individuelles et par la durée de « déviances managériales régulières  ».Un manager autocratique qui est toujours présent dans l’encadrement de la rédaction de Montpellier.

Est-ce cela aller au fond des choses ? Est-ce cela instaurer un dialogue apaisé et constructif ?

Aujourd’hui, votre responsabilité est donc grande face à ces manquements à la sécurité et à la santé des salariés de la part de l’employeur.

Des décisions rapides sont nécessaires, le collectif de travail les attend. Elles seront scrutées de près par les salariés et par leurs élus.

Quant au traitement de la crise sanitaire, il est toujours aussi lent : nos journaux télévisés continuent de faire des reportages vantant les mérites des capteurs de CO2 ou les purificateurs d’air, indispensables en matière de détection et d’assainissement des espaces de vie au travail.

Mais à France télévisions, la direction attend toujours de voir s’il existe de meilleurs capteurs que les modèles chinois jugés peu fiables. S’ajoutera à cela le temps nécessaire à un futur appel d’offre. Un temps de réaction totalement en décalage avec l’urgence sanitaire.

Dans la même idée, les nouveaux bâtiments à Pau, comme récemment à Tours, n’ont fait l’objet d’aucune réflexion posée ni même d’un débat éclairé sur les espaces de travail partagés en temps de pandémie.

Et contrairement à de grandes entreprises, France TV continue de gérer l’immobilier comme si la Covid-19 n’avait jamais existé.

A France 3 , la tête du réseau a changé mais les vieilles méthodes perdurent.

Alors… le changement, c’est pour quand exactement ?•

Paris, le 28 septembre 2021

Liminaire des élus SNJ au CSE Réseau régional des 30 juin et 1er juillet 2021

En premier lieu, le SNJ vous souhaite un bel été
et surtout un repos amplement mérité après une année harassante.

La pandémie nous a tous épuisés, tout comme le calendrier social extrêmement chargé par une direction empressée de faire signer au plus vite bon nombre d’accords.

Un CSE unique qui montre aussi ses limites avec des ordres du jour surchargés et parfois expédiés faute de temps, des visioconférences rendues nécessaires par la crise sanitaire mais qui ont engendré fatigue et frustration.

L’été ne sera pas néanmoins en pente douce avec une grille estivale appauvrie et dépourvue d’originalité avec ici et là des réductions drastiques d’antennes.
La formation des salariés, comme le révèle la commission emploi, n’est pas au beau fixe.
L’emploi est à la traîne, voire carrément sacrifié, puisque tous les départs dans le cadre de la RCC ne sont toujours pas remplacés (plus de 50 départs pour la seule région PACA, une saignée) et que les réductions d’effectifs dans les antennes font déjà des dégâts collatéraux depuis le début d’année avec le 18h30, comme nous le prédisions.
Le déménagement décidé au forceps de France 3 Côte d’Azur ne lasse pas de nous interroger et nous ne sommes pas les seuls car même la presse s’en étonne.

On sait maintenant à quoi est destiné le financement de la régionalisation.
13 millions pour déménager et pas un euro pour les programmes régionaux. Mais nous en reparlerons en temps et en heure dans cette instance.

Une rentrée qui s’annonce déjà maussade sous la bannière d’une régionalisation annoncée avec tambours et trompettes mais qui se présente surtout en pointillé et souvent nez au vent.
La régie automatisée qui sort par la grande porte de l’inspection du travail à Rouen mais qui refait son apparition par la fenêtre en Alsace.

Parlons de l’Humain maintenant.
Des salariés souvent épuisés et démotivés après cette crise sanitaire qui les a tenus éloignés et souvent esseulés. Et leurs représentants, les élus de ce CSE, peu écoutés voire méprisés avec lesquels vous entretenez une relation de défiance.

N’en jetez plus la coupe est pleine, mais malgré tout cela, vous, la direction de cette entreprise et du réseau, demeurez sourde et aveugle.
Les élus ont beau vous alerter à différents niveaux , rien n’y fait.
Vous prenez chaque alerte comme une attaque personnelle alors qu’il s’agit ni plus ni moins pour vous de répondre à une exigence, à une obligation encadrée par la loi : assurer la santé et la sécurité des salariés dans l’entreprise.
Ne vous plaignez plus alors si un jour vous êtes rattrapés par la patrouille.
Demander toujours plus d’antenne à des équipes dont vous réduisez les moyens, cela a un coût humain direct.
Un coût sur la santé physique et psychique des salariés qui se traduit par une perte de sens dans leur travail quotidien .
Interrogez chacun d’eux dans le réseau et ils seront nombreux à vous dire combien ils se sentent dévalorisés dans leur mission de service public de l’information.

Les différentes expertises sur la santé des salariés révèlent de manière criante que des risques psycho-sociaux se multiplient dans le réseau avec un encadrement dépassé et une direction des ressources humaines trop souvent aux abonnés absents ou mal formée sur ce sujet.
Et malgré tout cela, la direction veut encore s’attaquer aux métiers en encourageant la polyvalence et le déclin vers une télévision low cost.

Pour toutes ces raisons, le SNJ affichera sa plus grande vigilance face aux évolutions annoncées.
Il s’agit pour nous de préserver la qualité de l’information sur le service public de la télévision régionale dans l’intérêt des journalistes et de tous les salariés de France 3, mais aussi pour nos téléspectateurs qui doivent être notre priorité.

Le 30 juin 2021