CE QUI L’ONT DIT : 18/11/2016

MT. Montalto, directrice du (Feu ?)Pôle Nord Est, G. Mokede, régulateur d’activité, C. Bayol, DRH (feu ?) Pôle et vos élus CFDT SNJ.

CE unique, CE inique

Déclaration liminaire des élus CFDT, SNJ et Sud

Un seul CE pour 4000 salariés répartis sur plus de 120 sites dans l’hexagone. A peine 1 élu pour représenter 200 salariés. Un pluralisme syndical menacé.

Les organisations syndicales et les élus CFDT SNJ SUD dénoncent un incroyable déni de démocratie sociale que la direction tente d’imposer, sous prétexte d’une réforme du réseau France 3. Non contente d’avoir éloigné les représentants du personnel de leur mandants en créant des pôles, elle cherche aujourd’hui à mettre en place une instance la plus technocratique et éloignée du terrain possible, tentant de forcer les élus et représentants syndicaux à se professionnaliser et à s’éloigner des réalités du terrain. Ce n’est pas la conception que la CFDT, le SNJ et SUD et les élus du pole NE ont de leurs mandats.

La proximité avec les préoccupations économiques et sociales des salariés est pour eux capitale; c’est pourquoi CFDT le SNJ et SUD réclament 13 CE, correspondant aux 13 régions administratives sur le point de voir le jour. Puisque les nouvelles directions régionales sont, comme le revendique la direction, autonomes, alors l’instance pertinente est bien le CE de région et non un mini-CCE qui ne tiendrait pas compte des particularités de chaque région.

Un point c’est tout

Vendredi, un CE unique en son genre (déjà), puisque uniquement consacré à la Filière.

Le point 4 sur la situation Hommes/Femmes dans l’entreprise est reporté. La commission n’ayant pu se réunir à temps. C’est ballot.

Après s’être fait balader gentiment le mois dernier par Arnaud Ségur et toute la clique (V.compte rendu du 21/10), les voici donc à nouveau devant nous. Avec miracle cette fois-ci : des organigrammes actualisés, des  postes vacants en veux-tu en voilà, des explications et surtout le temps d’en débattre.

Au programme : Télévisionnage, emplois à Nancy, Lille et Strasbourg et le sujet épineux du technicien étalonneur.

Le mot du jour : télévisionnage

Quand on regarde la Télé, télévisionne t-on ?

Non.

Enfin si mais on ne fait pas à proprement parler du télévisionnage.

Parce que ça, visionneurs du dimanche (et lundi, mardi, mercredi ……) ça, c’est réservé aux pros. Uniquement.

Le Télévisionnage c’est visionnaire.

C’est un visionnage en temps réel à distance (en HD) qui permet de faire travailler à distance monteur et la production (réal, producteur)

Ex : un réalisateur qui supervise en direct et à distance un montage en cours. Du télétravail quoi. (remote production, dans le jargon hi-tech).

Du coup le monteur, déjà pas mal sollicité, se voit affublé d’un écran supplémentaire et d’un casque audio pour dialoguer en live avec le réal.

Pratique certes. Mais gare à la surchauffe.

« En phase de rodage » à Nancy, les élus demandent à ce que ce dispositif soit suivi de près par le CHSCT.

Et pas par télévisionnage, SVP.

Le vidéo est à l’honneur à la filière production !

Tout UN métier !

Où l’on apprend que l’étalonneur ( ne vous méprenez pas, voici la définition officielle : l’étalonneur de film rétablit des équilibres colorimétriques d’un film en travaillant sur l’ensemble des séquences ) n’est pas, pour la Direction, un métier en soi.

C’est d’autant plus étrange que dans les génériques de fin : le mot étalonneur apparaît bien. Tel que. Sans tiret du genre : technicien-vidéo-étalonneur-truquiste-graphiste.

Il (ré)apparaît même aussi, magie, magie, dans les … organigrammes.

Non pour la Direction. L’étalonnage est une expertise. Une compétence complémentaire. Encore une ! (note : la Direction refuse ce qualificatif !)

Une de plus pour ces vidéos qui à force de cumuler les casquettes vont avoir la grosse tête.

Hé bien oui, ils font tout. Ou presque.

Plus de réalisateur en régie de diffusion: technicien vidéo !

Pas de gestionnaire d’antenne: technicien vidéo !

Truquiste, Ingé vision ou LSM-ralentis en vidéo mobile: technicien vidéo !

Etalonneur, graphiste: technicien vidéo !

A grands coups d’expertises, de primes et de CC.

Journalistes, mixeurs, décos, scriptes,

OPV, OPS,… MEFIEZ-VOUS car à terme, il n’y aura plus qu’un métier reconnu: technicien vidéo…

Un métier poubelle que celui de Technicien vidéo dans lequel FTV fourre tous les métiers émergents qu’induisent les innovations technologiques. Au risque de faire peser sur ces salariés une surcharge de travail inhumaine.

Qu’on se le dise : le technicien vidéo n’est ni un surhomme ni un étalon professionnel.

Au-delà de ça, tout ceci est symptomatique du virage dangereux que prend notre entreprise. Avec les compétences complémentaires à tout va. A tout crin. Huuuuuue.

Oubliées les spécificités, jetés les savoir-faire, piétinées les compétences : tous les salariés seront bientôt interchangeables. Et fatalement pour certains jetables.

Des salariés poubelle sans recyclage à l’horizon.

Des cases en moins

Nous vous l’avons dit en préambule, après les avoir réclamés à corps et à cris, Arnaud Ségur nous fournit enfin les organigrammes de la Filière. ENFIN.

L’occasion de faire le point sur l’emploi à Strasbourg, Lille et Nancy. Un point en pointillés. Car nous n’avons malheureusement pas obtenu les organigrammes précédents. Difficile donc de comparer les cases.

Bref.

  • Pour Lille: la nomination ( la veille) du responsable de site de Lambersart : Laurent VINDEVOGHEL.

Mais aussi, l’espoir de voir un jour un poste de machiniste à Lille, dixit Arnaud Ségur « surement, déploiement possible…avec modification de structure dans un futur assez proche… ». Affaire à suivre donc.

  • Pour Nancy: la case montage en péril. Entre futur départ à la retraite, mi-temps très probable, alternante en BTS et un poste vacant … il ne restera bientôt pas grand monde.

Autre case en moins, celle d’OPV, OPS et électricien/éclairagiste. Du coup, pas de 2ème équipe légère à Nancy. Car dixit « pas d’activité ».

 

  • Pour Strasbourg: une incongruité. Un OPS dédié à l’équipe légère qui travaille dans les faits au mixage. Pourquoi pas. Mais qu’en est-il de son « collègue de case » OPS ? Cela a-t-il un impact sur son travail au quotidien ? Arnaud Ségur nous rassure. « Non. Ce redéploiement n’est que ponctuel. » Ce n’est pas ce que nous avions compris.

 

A nous aussi, il doit nous manquer des cases.

Quelques questions diverses…

Quels sont les noms des futurs directeurs régionaux Franche Comté et Grand Est ?

MTM : « je n’ai pas tous les noms, une information sera faite à la mi-décembre »

Quelles sont les dates de reprise émissions 2017 ?

Le 3 janvier et les hebdomadaires, le week-end 7 et 8 janvier

è C’est bizarre de reprendre un mardi ?

Réponse : c’est la grille de fêtes qui continue jusqu’au 2 janvier inclus

Beaucoup de salariés fonctions support non remplacés :

Chargé de gestion admin, assistante de locale, assistante de gestion , est-ce que ce sont des emplois menacés ?

MTM : « Lorsque nous avons à gérer les présences/absences, nous demandons au chef de service d’organiser la continuité du service. Sauf en cas d’imprévu majeur, nous devons organiser l’activité avec les statutaires.

Dans chaque antenne, il y a des choix d’organisation effectués différents. A Nancy, le choix autour des assistantes, à force de diviser les activités on se retrouve dans des situations complexes. »

Qu’en est-il de la responsable paie à Dijon, absence qui malheureusement risque de se prolonger sur 2017 ?

CB : « Si l’absence de la responsable paie devait se prolonger, nous avons décidé de mettre en place un système « backup » avec Strasbourg et Nancy. On est train de mettre en place tout cela, nous aurons une visioconférence avec Cécile Bey pour caler les détails. Les IRH et RH sont présents en relais. »

La nouvelle régie de Besançon devrait être opérationnelle maintenant, mais le local est toujours vide !

MTM : « Le projet est victime d’aléas, il y a eu un changement de chef de projet à Paris, entrainant un retard sur les appels d’offre. La Régie sera opérationnelle courant Mars »

 

ce-qui-l-ont-dit-novembre-2016-mod