Fusion des rédactions nationales : la balade des gens heureux

AA lettrine articlesDepuis des mois, de plus en plus d’efforts sont demandés aux équipes de reportage dans la seule optique de la maîtrise des coûts. Au delà du manque de considération pour nos conditions de travail, s’ajoute donc un effort économique, mais qui n’est pas partagé par tous. Nous venons d’apprendre que huit membres du comité de pilotage, qui se penche sur la fusion des rédactions, partent au Canada mardi pour un voyage d’étude dans le cadre du funeste projet info 2015.

A priori, ce comité n’ayant aucun budget, c’est la rédaction nationale de France 3 qui prendrait en charge les billets et les hébergements, avant, paraît-il, de refacturer le tout à la direction des rédactions. Mais peu importe le montage financier, c’est bien le deux poids deux mesures qui est insupportable.

Imaginez donc le coût de ces 5 jours, avant des déplacements qui seraient programmés ensuite en Belgique et à Londres. Et pour y faire quoi ? Comprendre comment faire disparaitre une rédaction au profit d’une autre ? En plus de la question du coût qui pèse sur nos reportages et nos missions, n’oublions pas que la rédaction rejette massivement ce projet de fusion. Alors ces dépenses somptuaires apparaissent encore plus scandaleuses.

Surtout quand les modèles que ce comité de pilotage étudie sont ceux (BBC, Radio Canada, etc…) où les fusions de rédactions se sont accompagnées de plans sociaux violents, avec des centaines desuppressions de postes Où est la décence ? Qui doit donner l’exemple des économies à faire? Ceux qui nous dirigent, grands donneurs de leçons d’austérité, dépensent sans compter et sans réfléchir.

Paris, le 20 septembre 2013