Le pluralisme de l’information et le petit comptable

AA lettrine articlesLors du CCE FTV, le PDG de France Télévisions a déclaré : « Nous sommes ridicules quand nous envoyons trois équipes de France Télévisions sur le même événement en métropole », « En voyant ça, les gens peuvent se demander comment nous dépensons notre argent (…) nous sommes comptables de l’argent public, chaque euro dépensé doit être optimisé (…) » « Il y a bien sûr une indépendance éditoriale de France 2 et France 3 mais il faut des changements d’organisation et de structure pour mieux maîtriser les coûts et des changements qui doivent être rapides …»

Cette vision purement économique de l’information est inacceptable pour le SNJ. Le pluralisme n’a, de toute évidence, pas cours à HEC où M. Pflimlin a fait ses études. France Télévisions mérite mieux que cette conception étriquée. Notre PDG ne se pose d’ailleurs pas la question de savoir pourquoi TF1, Canal +, M6 et d’autres couvrent l’actualité de manière distincte. Il limite le pluralisme aux seules chaînes privées, dont l’actionnariat n’est pas neutre.

N’a-t-il donc pas d’autre préoccupation, pour les chaînes publiques, que ses tableaux de bord d’éconocrate ?
N’a-t-il pas d’autre ambition que le contrat d’objectifs et de moyens qu’il a signé non sans mal avec sa tutelle ?
N’a-t-il pas d’autre volonté que d’obéir au Président de la République qui l’a nommé PDG de France Télévisions ?

Le SNJ affirme que l’information en République Française est diverse, plurielle et, pourquoi pas, concurrentielle. Mais certainement pas limitée à des impératifs comptables qui recouperaient fort opportunément les tentatives toujours renouvelées de mise en servitude de l’information
du Service Public. Le SNJ se battra toujours pour une information pluraliste dans notre pays et d’abord au sein du service public !

Paris, le 1er février 2012

Post navigation