Projet stratégique de FTV : Requiem pour l’info sur France 3

AA lettrine articlesSuppression saisonnière ou définitive des éditions locales, disparition de la rédaction nationale, expérimentations numériques hasardeuses sur les antennes régionales et absence de projet fédérateur : à l’heure de la restructuration du réseau régional, c’est bien tout France 3 qui est en danger.

Restructuration du réseau régional. Adieu les gouverneurs des pôles, re-bonjour les barons des régions ! Quoi d’autre ? Nous constatons que la seule préoccupation de la présidence de France Télévisions est de recaser les multiples directeurs et directrices, aux fonctions plus ou moins improbables, dans le nouvel organigramme.

Quant aux salariés, que de paroles rassurantes, mais quel silence en réponse à nos questions : quelles conséquences pour les emplois ? Sur les conditions de travail ? Sur les périmètres éditoriaux, télé et web, des rédactions existantes ?

La manière dont la direction traite  les journalistes chargés des éditions web en dit long : ils devront postuler sur leurs propres postes, au seul prétexte que le nom va changer, de « pilote web » à « chef d’info numérique ». A défaut de postuler, la menace est claire : il y a le risque de perdre son emploi. Il fallait oser le faire, et la direction le fait !

Les locales et l’information de proximité ? Un truc de gueux, voyons ! Au mieux, « un concept dépassé des années 90″, selon le directeur du pôle nord-ouest.

Fermeture des locales pendant les congés scolaires, les jours fériés et les ponts qui les accompagnent ;  fermeture définitive des locales de Tours et Bourges ; éditions annulées en cas de fortes actus ; conditions de travail démoralisantes pour les salariés. La direction a tout fait pour entretenir une prétendue rivalité entre locales et rédactions régionales. Elle a même affirmé que la suppression des locales permettrait de renforcer les rédactions régionales. Un mensonge éhonté, au regard des fermetures de ces dernières années. Et une erreur éditoriale : les vrais sujets de proximité, ou dans les quartiers, ont disparu des JT.

Quelle sera la suite ? Des locales transformées en simples bureaux, avec, soyons fous, des journalistes-monteurs ? Et donc des menaces sur l’emploi des PTA ?

Rédaction nationale. Disparition des services éco et culture, aujourd’hui du service politique : la rédaction nationale est en voie de disparition. Ajoutée à la suppression progressive des locales, c’est toute l’ambition de France 3 qui disparaît : l’information dans toute sa dimension, du local à l’international, en passant par le régional et le national. Car personne ne peut croire à la fable de la « news factory » d’Info 2015, qui permettrait d’améliorer les identités des éditions !

Bricolages numériques et réseaux antisociaux. Des conditions de travail décentes et respectueuses des métiers, ce n’est pas pour  les gueux des régions, voyons ! Partir seul en tournage, avec un smartphone, se passer d’OPS et de monteur, ça c’est l’avenir ! Les journalistes sont réticents face à ces « nouvelles écritures » ? Qu’importe, un CDD ne pourra pas dire non.

Tant pis si ça n’attire aucun jeune téléspectateur ou internaute, puisque ces jeunes-là sont occupés à faire ou visionner leurs propres tournages ! Perverse aussi la nouvelle mode des directs sur Facebook : les journalistes travaillent pour une entreprise qui n’est pas France Télévisions, fournissent gratuitement du contenu à une multinationale, et sans un centime en retour !

Car la direction, par son silence, confirme les soupçons du SNJ : elle n’a pas réfléchi une seconde au fait qu’elle ne peut pas assurer le droit moral et patrimonial (droit d’auteur) des journalistes sur les réseaux sociaux.

Et la nouvelle chaîne d’info en continu ? Elle n’est pas davantage pour les gueux des régions. A l’exception de quelques rares correspondants dans les antennes régionales.

Pour le SNJ, la direction avance masquée. Afin d’alimenter la chaîne d’info en continu, elle ne pourra pas faire l’économie d’une utilisation ou réutilisation des reportages tournés par les journalistes des régions de France 3. En faisant mine d’ignorer encore une fois le droit moral et patrimonial sur les tournages en question.

Le projet stratégique de la présidence de France Télévisions est un vrai requiem pour l’information sur France 3. Le SNJ appelle les salariés à résister, comme les salariés de France 3 Bretagne, qui se mobilisent pour la défense des éditions locales ; comme ceux de la rédaction nationale qui refusent de voir disparaître leur édition.

Paris, le 13/07/2016

Projet stratégique de FTV – Requiem pour l’info sur France 3