Grève intersyndicale du 7 novembre : merci !

AA lettrine articlesMerci pour votre mobilisation du 7 novembre. Elle a été exceptionnelle ! Des taux de grévistes qui approchent les 100% dans beaucoup de rédactions, des taux très élevés aussi parmi les personnels techniques et administratifs. Du jamais vu depuis des années à France Télévisions. 

Merci d’avoir répondu à notre appel pour dire non !

· Non aux suppressions d’emplois ! Dans un pays qui compte des millions de chômeurs et de précaires, le service public et le gouvernement n’ont    pas le droit d’agir ainsi !
· Non à la destruction des métiers, non à l’empilement des tâches qui ruinerait le travail des journalistes !
· Non à la disparition des éditions et des rédactions, locales ou nationales, non à l’information bas de gamme voulue par nos dirigeants !
· Non au gaspillage éhonté de l’argent public par la direction, non aux millions partis en fumée pour rien, non aux contrats opaques et juteux pour     les consultants extérieurs, non aux nominations incessantes de cadres de direction, toujours plus nombreux !
· Non à la restructuration permanente, 5 ans ça suffit !
· Non à l’hypocrisie de notre tutelle, gouvernement et Parlement, qui impose des économies mais refuse d’en assumer les conséquences !

Merci d’avoir répondu à notre appel pour dire oui !

· Oui à un service public exemplaire ! France Télévisions doit embaucher les centaines de précaires qui participent au bon fonctionnement de        notre entreprise depuis des années.
· Oui à une information et à des programmes de qualité, fabriqués par nos moyens !
· Oui, un autre plan d’économies est possible, sans sacrifier l’emploi ! Oui, France Télévisions doit restructurer ses strates de direction pour les    alléger, oui France Télévisions doit rationnaliser ses investissements en matériel !
· Oui, France Télévisions doit arrêter d’engraisser des producteurs privés pour des éditions, des émissions et des programmes que nous pouvons faire avec nos moyens et nos talents !

Confiant dans le mouvement unitaire que nous avons tous créé, le SNJ va continuer et amplifier son action. Nous savons que nous pouvons compter sur vous pour vous mobiliser afin d’être entendus par la direction, par le gouvernement et par le parlement.

Paris, le vendredi 8 novembre 2013