Préavis de grève des 26 et 27 mai 2019 – Le Soir 3 doit rester sur France 3

Malgré un refus énoncé, malgré nos nombreuses interpellations en instances représentatives du personnel, la présidente de France Télévisions et la direction de l’information maintiennent leur volonté de supprimer le «  Soir 3 » !

Un transfert de moyens vers France Info n’est pas un transfert d’édition mais bel et bien un coup de canif dans le contrat qui nous lie avec nos téléspectateurs.

Oui, le « Soir 3 » fait partie depuis 40 ans de notre mission de Service Public. Et sous couvert d’alimenter l’offre d’info créée par Delphine Ernotte sur ordre de la tutelle de l’époque, il faudrait donc dépouiller les autres chaines du dit « premium ». Nous ne sommes absolument pas opposés au développement de France Info, mais dans le contexte de suppressions d’emplois programmées, comment imaginer que cela ne se fera pas au détriment des rédactions nationales ? De plus, en basculant des postes vers la chaine info, la direction pense pouvoir calmer la grogne, là où les cadences infernales font des dégâts humains considérables (arrêts maladies nombreux, burn-out, éditions dégradées etc…).

Un transfert imposé à toute une catégorie de personnel et qui ne portera pas ses fruits tant les dysfonctionnements au détriment de l’antenne sont nombreux à France Info.

D’ailleurs le dernier accord, la RCC déguisée, met en avant la volonté de la direction et des syndicats signataires de renforcer l’offre numérique et linéaire de France Info et seulement la préservation des moyens des rédactions nationales. Ce qui clairement valide la suppression du « Soir 3 ». Cela est donc inscrit dans les projets de notre direction. Il n’y a plus de place pour tout le monde au royaume de l’information.

La suppression du « Soir 3 » est une insulte à tous ceux qui depuis des années sont les artisans de la réussite de cette édition. Comble du double jeu, le projet de la direction demande à ceux qui fabriquent le « Soir 3 » de maintenant le produire pour France info. Un transfert de moyens donc, mais surtout une perte de capital symbolique pour France 3. Une édition qui prend du recul, qui prend le temps de l’analyse et qui est depuis sa création une vitrine du traitement de l’information européenne sans oublier la dimension régionale qu’intégrait le « Soir 3 » avec un « tout-images » qui disparait par la même occasion.

Nous réclamons :

Le maintien du Soir 3 sur France 3, dans les conditions actuelles de fabrication. Nous demandons également qu’une discussion sérieuse soit entamée autour d’une programmation décente et régulière pour la semaine et le week-end.

Pour toutes ces raisons et parce que la direction impose ses décisions, sans concertations, à l’image de la fusion des rédactions, les syndicats SNJ, CGC et UNSA appellent les salariés du Siège à cesser le travail pour une durée de 48 heures, à partir du 26 mai à 00h00. C’est bien parce que la direction refuse de discuter et d’entendre nos demandes formulées déjà ces dernières semaines, que nous décidons donc d’arrêter le travail même si l’enjeu de ce dimanche est important. A la direction de prendre enfin ses responsabilités, les salariés les prennent tous les jours, pour défendre l’information du groupe.

Le SNJ, La CGC et l’UNSA

Paris, le 20 mai 2019

 

Préavis de Grève CGC, SNJ, UNSA des 26 et 27 mai 2019