Mise en avant

Un transfert au prix fort… pour les salariés !

Préalable du SNJ au CSE extraordinaire Siège du 3 septembre

Le monde du football vient de clore son « mercato ». Cette période de transhumance financière qui voit des joueurs changer de club, parfois à contrecœur, quand ils sont un enjeu économique loin des destinées sportives.
Certains de nos professionnels sont en train de vivre le même sort. Puisque la direction de France Télévisions veut les transférer sans leur aval à France TV Studio, ce sont les salariés qui vont le payer au prix fort.

Un simple transfert d’actifs, avec en prime plus de 80 salariés, et tout cela pour ne plus assurer la gestion directe d’émissions historiques : « Thalassa  », « Télématin », « Passage des Arts », «  Des Racines et des Ailes », « Des Chiffres et des Lettres » et « Faut pas Rêver » …

Ces programmes emblématiques du service public seront donc produits par la filiale France TV Studio, mais avec quelles garanties ? Le document qui décrit l’opération et que les élus ont pu consulter après la victoire en justice des instances, reste bien flou sur les conditions de ces transferts.

La pérennité des emplois n’est pas assurée, le recours prioritaire à la Fabrique pour la production des émissions n’est pas suffisamment étayé… On constate également une faille dans la démonstration. Il sera permis de faire appel à du personnel France Télévisions pour animer telle ou telle émission !

Alors pourquoi transférer des salariés qui pourraient tout à fait garder les contrats les liant à la maison mère ? Est-ce que les nouvelles têtes de pont de « Télématin » vont toutes être affiliées à France TV Studio même si elles travaillent pour d’autres émissions du groupe ?

Trop de questions sans réponse.
C’est la raison pour laquelle nous réitérons notre revendication première : les salariés concernés doivent conserver leurs contrats France Télévisions pour être totalement protégés, notamment d’un éventuel arrêt des émissions auxquelles ils collaborent.

La présidente fait un choix politique dangereux en transférant ces salariés. Notre vision du service public, telle que nous l’avions présentée devant le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, est fondée sur la nécessaire exemplarité dans la défense des salariés et des contenus.

Ce projet met clairement en péril l’égalité de traitement entre salariés ; comme un service public à deux vitesses, avec une seule variable d’ajustement : nous !

Paris, le 3 septembre 2021

Mise en avant

JT communs : le monde d’après ?

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL SNJ / CGT

Les salariés de France 3 Auvergne regrettent le projet de JT grandes régions, les week-ends de vacances, envisagé par la direction régionale.

Nous rejetons cette perspective qui éloignerait encore un peu plus le téléspectateur de son information locale. Pour preuve, pendant le confinement, le public n’a pas compris la logique de ces JT grandes régions qui n’en ont que le nom. Les retours ont été catastrophiques.

Notre mission de service public se joue 365 jours par an, week-ends compris. Nous nous devons d’offrir une information de proximité et de qualité. Hors confinement, depuis sa création, l’antenne auvergnate a toujours assuré cette continuité, en proposant des magazines le samedi et un JT des sports particulièrement suivi le dimanche soir.

Au fil des années, nous avons su construire et entretenir cette fidélité qui fait de France 3 Auvergne l’une des plus belles audiences du réseau. Un JT grande région, ne serait-ce que le week-end, serait très mal perçu par le public et les salariés.

Pour toutes ces raisons, nous considérons ce projet de mutualisation comme une aberration éditoriale, contraire à l’information de proximité si chère à nos yeux et à ceux de nos téléspectateurs.

Clermont-Ferrand, le 5 mai 2021

L’action juridique contre le projet de transfert autoritaire est impérative

Réponse de l’intersyndicale

Les organisations syndicales CGT, CFDT, SNJ, UNSA, SUD se sont réunies ce mercredi 22 septembre pour envisager la poursuite de la mobilisation contre le projet de transfert autoritaire des 85 salariés des émissions Télé matin, Thalassa, Faut pas rêver, Des Racines et des ailes, des Chiffres et des lettres, Passage des arts.

Cette démarche s’inscrit dans le droit fil des avis négatifs adoptés à l’unanimité des élus et organisations syndicales du CSE Siège et du CSE Central et des nombreuses initiatives de salariés concernés et de leurs représentants opposés à ce projet.

En ne tenant pas compte de cette contestation, la direction commet trois fautes majeures :

  • Elle utilise de façon abusive l’article L 1224-1 du Code du travail en le détournant de sa finalité qui est de protéger les salariés victimes de restructurations
  • Elle génère des risques psycho sociaux avérés sur les personnels concernés par le projet en raison de la brutalité de la démarche
  • Elle remet gravement en cause tous ses engagements sur un « haut niveau de dialogue social à FTV » et entraine l’entreprise dans une conflictualité durable.

La direction semble s’être fait un allié du syndicat Fo qui a engagé une stupéfiante démarche pour tenter de convaincre les salariés concernés de se soumettre à la décision de la direction. Démarche d’autant plus incongrue qu’avec 23,50% de représentativité pondérée au niveau du groupe (18,8% des voix aux élections professionnelles), ce syndicat minoritaire n’a évidemment pas la capacité de valider seul un accord d’entreprise.

Autre initiative, encore plus choquante, celle d’un élu Fo au Conseil d’administration qui joue, en son nom et en privé, le négociateur entre certains salariés visés par le transfert et la direction générale de FTV au mépris des engagements de son syndicat auprès des élus des CSE.

Bien évidemment les syndicats réunis le 22 septembre ont condamné ces initiatives et confirmé leur intention de mobiliser par tous les moyens contre ce funeste projet. Ne pas combattre aujourd’hui aux côtés des 85 victimes de cette éviction serait la porte ouverte demain pour amputer des secteurs entiers de l’entreprise.

Les rendez-vous sont pris chez les avocats pour combattre sur le fond le projet et barrer la route à ce démantèlement programmé de notre entreprise de service public.

« Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner
mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.
 »

Paris, le 23 septembre 2021

Une rentrée particulière

Préalable des élus SNJ au CSE Siège des 15 & 16 septembre 2021

Des grands projets de la direction ces dernières années, certains ne retiennent que leur mise en place et leur évolution. Trop facile d’oublier les absences d’explications, les passages en force, les salariés abimés, et au bout du compte peu importe, parce qu’une idée chasse l’autre dans la tête de nos dirigeants ! La fusion des rédactions nationales, les multiples réformes des ressources humaines, les changements de pieds dans l’organisation de l’entreprise, un jour transversale un jour en silo et vice versa. Il y a de quoi donner le tournis…

Nous avons sans relâche dénoncé ces pertes de repères pour les salariés, ballotés par les nombreux mouvements hiérarchiques. En ligne de mire, les salariés des programmes affectés par le transfert de la gestion directe d’émissions vers France Télévisions Studio ! Comme le CSE Siège, le CSE Central vient de dire non au projet proposé par la présidence. Le SNJ s’oppose donc une fois de plus, clairement, au transfert des salariés. Ils doivent rester sous contrat France Télévisions SA.

Une revendication qui doit être entendue, comme doit l’être également ce que nous réclamons depuis des années à la rédaction nationale ! Les éditions ne doivent plus être les seules maîtres à bord. Il faut de toute urgence rééquilibrer les choses pour que l’éditorial reprenne ses droits et que les journalistes soient placés au cœur du dispositif. Cet engagement, pris par la nouvelle direction de l’information, doit se mettre rapidement en place, maintenant que le nouvel organigramme est installé. Nouveaux directeurs adjoints, nouveaux présentateurs, nouveaux rédacteurs-en-chef, nouveaux cadres dans les services…

Mais cela ne suffit pas. Nous ne sommes pas dupes ! Derrière tous ces changements, nous attendons un projet éditorial respectant les métiers, en particulier celui de journaliste.

De ce point de vue, les premières tendances qui émergent de cette rentrée sont loin d’être satisfaisantes. Un 13 heures ultra rubriqué transformant parfois les journalistes en guides touristiques, un 19/20 sans nouveau souffle, un 20 heures chantre du casting qui rend beaucoup de journalistes invisibles, et enfin un 12/13 fabriqué, parfois, avec les faibles moyens du bord… Il faut immédiatement renforcer les moyens alloués a l’élaboration des journaux à l’heure où des efforts semblent être consentis partout dans l’entreprise, sauf à l’information au quotidien.

A l’instar d’une direction qui préfère investir dans les bougies de France Info plutôt que dans le gâteau ! Se féliciter des 5 ans de la chaine est bien normal, mais ne rien faire pour régler les problèmes de la 27 pour la rendre encore plus performante est désolant ! Emploi, situation de certains salariés, organisation éditoriale… il y a encore beaucoup à faire pour que l’info s’éclaire vraiment et tout le temps.

Nos défis sont nombreux en cette année présidentielle, et au-delà des quelques émissions vitrines réservées à quelques-uns, comme d’habitude. La démocratie n’est pas un projet d’entreprise mais un enjeu de société ! A France Télévisions, afin de préserver le niveau d’exigence d’une information de service public digne de ce nom, soyons exemplaires, c’est notre seule mission !

Paris, le 15 septembre 2021

CSE Central du 13 septembre 2021 : préalable du SNJ

Le monde du football vient de clore son « mercato ». Cette période de transhumance financière qui voit des joueurs changer de club, parfois à contrecœur, quand ils sont un enjeu économique loin des destinées sportives.

Certains de nos professionnels sont en train de vivre le même sort. Puisque la direction de France Télévisions veut les transférer sans leur aval à France TV Studio, ce sont les salariés qui vont le payer au prix fort.

Un simple transfert d’actifs, avec en prime plus de 80 salariés, et tout cela pour ne plus assurer la gestion directe d’émissions historiques : « Thalassa  », « Télématin », « Passage des Arts », «  Des Racines et des Ailes », « Des Chiffres et des Lettres » et « Faut pas Rêver » …

Ces programmes emblématiques du service public seront donc produits par la filiale France TV Studio, mais avec quelles garanties ? Le document qui décrit l’opération et que les élus ont pu consulter après la victoire en justice des instances, reste bien flou sur les conditions de ces transferts. La pérennité des emplois n’est pas assurée, le recours prioritaire à la Fabrique pour la production des émissions n’est pas suffisamment étayé… On constate également une faille dans la démonstration. Il sera permis de faire appel à du personnel France Télévisions pour animer telle ou telle émission !

Alors pourquoi transférer des salariés qui pourraient tout à fait garder les contrats les liant à la maison mère ? Est-ce que les nouvelles têtes de pont de « Télématin » vont toutes être affiliées à France TV Studio même si elles travaillent pour d’autres émissions du groupe ?
Trop de questions sans réponse.

C’est la raison pour laquelle nous réitérons notre revendication première : les salariés concernés doivent conserver leurs contrats France Télévisions pour être totalement protégés, notamment d’un éventuel arrêt des émissions auxquelles ils collaborent.

La présidente fait un choix politique dangereux en transférant ces salariés. Notre vision du service public, telle que nous l’avions présentée devant le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, est fondée sur la nécessaire exemplarité dans la défense des salariés et des contenus.

Ce projet met clairement en péril l’égalité de traitement entre salariés ; comme un service public à deux vitesses, avec une seule variable d’ajustement : nous !

Paris, le 13 septembre 2021

Le SNJ condamne le contrôle de police «musclé» d’un monteur de France 2 Bordeaux

Un monteur du bureau de France 2 Bordeaux a été choqué, ce mercredi 1er septembre 2021, par le comportement des policiers qui lui ont fait subir un contrôle musclé aux abords du palais de justice de la capitale girondine.

Le JRI et le rédacteur étaient en train de couvrir l’ouverture du procès d’un gros bonnet de la drogue, présenté comme le « roi du shit » en France.

Alors que ce monteur se garait dans une rue adjacente, cinq policiers portant des gilets pare-balles et lourdement armés l’ont bombardé de questions, trouvant son comportement « anormal ».

Pourtant, notre collègue a gardé son calme, et rien ne justifiait ce qui s’est passé par la suite.

Ces représentants des forces de l’ordre l’ont pincé au bras puis fouillé, avant de jeter son portefeuille dans son véhicule. Des propos intolérables ont été tenus : « Il va être beau ton reportage, de toute façon à la télé, vous faites que de la merde ».

L’équipe du bureau de France 2 Bordeaux a signalé les faits au service communication de la DDSP (direction départementale de la sécurité publique).

Le SNJ condamne avec la plus grande fermeté cette attitude agressive et insultante de la police à l’égard d’un membre d’une équipe de reportage. Nous demandons à la direction de l’information de France Télévisions d’interpeller les autorités afin que de tels faits ne se reproduisent pas.

Paris, le 1er septembre 2021