Non à la régionalisation à marche forcée !

LIMINAIRE DU SNJ – CSE RÉSEAU – novembre 2020

Alors que l’horizon des Français s’éclaircit avec une sortie de crise sanitaire très progressive et étalée sur plusieurs mois, comme annoncé mardi soir par le Président de la République, dans le réseau régional de France 3 au contraire tout s’accélère et les calendriers deviennent fous. Comme un solitaire de la route du Rhum qui aurait perdu boussole et gennaker.

Malgré le confinement actuel, malgré le télétravail qui s’inscrit dans la durée, malgré l’incertitude sur la nomination des nouveaux et nouvelles directeurs(trices) régionales, les comités de suivi sur la régie automatisée, les formations et les ateliers sur la régionalisation continuent coûte que coûte.

Revenons un instant sur ces « consultations » qui ratissent très large pour une tranche d’informations et dont sont absents les journalistes dans de nombreux endroits. Soit parce qu’ils sont occupés à leur tâche quotidienne d’alimenter les journaux télévisés du jour. Soit parce que vous n’avez même pas cherché depuis le début à les embarquer dans cet énième projet.

De plus, pour certains rédacteurs en chefs, leur « religion » est faite. Car les arbitrages ont déjà lieu, certains projets sont déjà dans les cartons alors que les ateliers se poursuivent.

L’utilisation massive des UTS et la généralisation de modules sur le mode de Brut ou Kombini semblent être maintenant le nouveau « graal éditorial » pour alimenter cette case d’information.

S’agit bien d’info et non d’une émission alliant journalisme de « sourire » et infos pratiques ?

Les salariés, déjà très éprouvés par les cases de 12h53 et 18h53, ne comprennent pas cette hâte, ou plutôt ils perçoivent l’opération marketing décidée en haut lieu pour faire plaisir à la tutelle sans prendre en compte les réalités de l’entreprise dans le réseau.

Nous vous avons parlé la dernière fois, Monsieur le directeur du réseau, des différences énormes d’effectifs dans certaines antennes. Vous nous avez écoutés. Mais quelle est la perspective pour répondre à ce problème ? Vous nous parlez de « journalisme de solutions »… quelle est la solution pour les journalistes qui vont devoir remplir cette case ?

Le SNJ le répète : nous ne souhaitons pas une régionalisation à marche forcée. Alors qu’on nous annonce déjà de nouvelles mesures d’austérité, le réseau régional de France 3, fragilisé par les demandes d’économies incessantes, par des réorganisations qui se succèdent, par un écart qui se creuse entre les rédactions nationales et celles des régions, par des responsables de projets qui ne connaissent même pas la réalité chiffrée de nos antennes, alors non : l’horizon des salariés du réseau régional est toujours dans l’obscurité. Des collectifs de travail qui souffrent, qui ne suivent pas car ils ne peuvent pas et sur lesquels cet acharnement aveugle fait désormais planer de graves atteintes à la santé.

Ralentissez la cadence, donnez à votre projet un temps plus humain, plus empathique… même si c’est au prix d’un « retard ». Au temps d’une épidémie  telle que celle-là, personne ne viendra vous le reprocher, bien au contraire.

Le 26 novembre 2020